8 principaux risques de burnout et des pistes concrètes de solution
éviter le burnout, des solutions concrètes et faciles

Partagez cet article pour aider vos connaissances à libérer leur potentiel :

LinkedIn
Email

Les 8 principaux risques du burnout et des pistes de solution

Sommaire

Burn out veut dire épuisement professionnel.

C’est ce moment dans la vie où les personnes en ont tellement fait que leur corps et leur esprit, disent STOP.

Pour une personne, reconnaître qu’elle traverse un burn-out est difficile. Bien souvent, les gens préfèrent se dire que ce n’est qu’un mauvais moment à passer, que cela ira mieux demain.

Le burn-out peut vous atteindre n’importe quand. Aussi, je vous présente ici les 8 principaux risques afin que vous puissiez mettre en place des actions correctrices, des pistes de solution et renouer avec une vie professionnelle apaisée :

  1. Dire oui tout le temps
  2. Ne pas organiser votre travail
  3. Vouloir que l’autre change
  4. Avoir cessé de prendre du temps pour vous
  5. Blâmer la situation
  6. Vouloir tout faire parfaitement
  7. Banaliser un vécu ou une situation
  8. Prendre toute la responsabilité

Dire oui tout le temps

Bien souvent dans la vie, vous apprenez à respecter l’autorité et souvent dans cet apprentissage, vous apprenez en fait à obéir. De ce fait, lorsque dans votre travail, votre responsable vous demande d’exécuter une tâche vous dites oui le plus souvent. Et vous cherchez à exécuter la tâche dans l’instant également. En effet, de nombreuses personnes qui délèguent une tâche ont tendance à ne pas préciser de délai et pense d’ailleurs que la personne doit le faire immédiatement ou rapidement.

Cette tendance à dire oui tout le temps, sans réfléchir aux délais nécessaires, au temps que cela demande, aux autres tâches et missions en court est un des premiers pas qui peut amener vers un risque de burnout. Car à fonctionner de cette manière, vous vous retrouvez rapidement submergées de travail, de tâches, d’actions à réaliser. Les unes se faisant sans cesse au détriment des autres.

Et lorsque le temps arrive de devoir rendre les tâches en question : soit il y a du retard, soit il y a des erreurs. Ce qui amène des critiques de l’extérieur difficilement acceptable quand vous avez cherché à faire de votre mieux.

Je vous invite lorsque l’on vous demande d’exécuter une tâche à :

  • Demander le délai
  • Vérifier vos disponibilités dans votre agenda
  • Planifier l’exécution de cette tâche

Ne pas Organiser votre travail

En effet, lorsque vous avez des tâches, des missions à exécuter, pensez-vous toujours à mettre en place une organisation ? Les tâches s’exécutent les unes après les autres dans leur ordre d’arrivée ou encore, une tâche cesse d’être réalisée et une autre prend sa place sans que la première ait été terminée nécessairement et sans réflexion.

Pourquoi ? Le souci de bien faire, le souci de répondre aux attentes de l’autre.

Mais, aussi souvent parce que vous ne savez pas toujours comment planifier. Vous ne connaissez pas les délais d’exécution. Il arrive également que vous n’arriviez pas à évaluer le temps qu’il vous faut pour réaliser une tâche.

C’est ce manque de planification et du coup cette impression de toujours travailler dans l’urgence qui fait que vous pouvez traverser un burn-out.

Alors bonne nouvelle, planifier votre travail et vos tâches est une chose qui s’apprend : il existe des spécialistes et des formations qui peuvent vous aider bien sûr.

S'organiser pour éviter le burnout et être plus serein

Je vous donne ici quelques pistes :

  • À chaque fois que vous devez exécuter une tâche en fonction du délai : poser un temps dans votre agenda.
    • Au début, pensez au temps que vous estimez et doublez-le. Ainsi si vous pensez que la tâche va prendre 1 h, planifier 2 h.
    • S’il vous reste du temps, vous trouverez à l’utiliser pour une autre tâche.
    • S’il vous manque du temps, vous devrez replanifier du temps ou reporter une autre tâche.
    • Mais vous saurez pour une prochaine fois le temps que cela vous demande pour cette tâche et ainsi planifier plus de temps.
  • Faites la liste de vos tâches récurrentes et évaluez le temps que cela vous prend.
  • Pensez à planifier les tâches importantes (attention, j’ai dit importante, pas urgente) dans des périodes de votre journée ou vous êtes le plus performant.

Vouloir que l’autre change

Une autre chose qui peut vous amener à basculer dans le burn-out c’est vouloir que l’autre chose.

En effet, si vous allez mal dans votre travail et que vous vivez de l’impuissance face à cela. Vous aurez tendance à vouloir que les autres changent ou que l’entreprise change. Cela se manifeste par ce type de réflexion :

  • Si mon responsable ne me donnait pas autant de travail, je n’en serais pas là.
  • Si ma collègue voulait bien me passer les informations, je n’en serais pas là.
  • Si mon responsable répartissait mieux le travail, je ne serais pas débordé.
  • Si mes collègues travaillaient davantage ou mieux, je n’aurais pas tout à faire.
  • Si l’entreprise n’était pas si loin, je n’aurais pas autant de temps de travail.
  • Si l’entreprise mettait en place plus de télétravail, cela simplifierait mes déplacements.

Ce sont ces réflexions, qui peuvent vous traverser l’esprit un jour ou l’autre, qui ne font qu’augmenter votre insatisfaction et votre impuissance.

En effet, vous n’avez pas le pouvoir par la pensée ou même par la parole de changer une autre personne ou une organisation. Et cette attitude ne fait que vous renvoyer à votre impuissance.

En revanche, vous avez le pouvoir de vous changer vous et de changer votre regard sur une situation.

Ainsi si votre responsable vous donne beaucoup de travail : qu’est-ce que vous pouvez faire et mettre en place pour que cela fonctionne mieux pour vous ?

Et si objectivement, vos collègues travaillent peu ou mal, que pouvez-vous faire pour trouver une manière de retrouver du confort et être satisfait de votre travail ?

Voici quelques pistes pour cheminer :

  • Partez de vos observations objectives, de la réalité.
  • Imaginez une voie pour cheminer avec
    • Pour cela faites des essais, erreurs
    • Faire des tests
  • Si vous observez que cela est impossible, il faudra peut-être envisager de changer d’emploi.

Avoir cessé de prendre du temps pour vous

Un des facteurs de risques du burn-out c’est également, de cesser de prendre du temps pour vous.

Lorsque vous vous sentez pris(e) dans votre vie professionnelle, que vous accumulez les heures au travail. Vous avez vite le sentiment que vous n’avez pas assez de temps. Dès lors, vous occupez le reste de votre temps avec votre famille, vos enfants, vos proches. En sommes, vous occupez le temps restant avec votre vie relationnelle.

C’est ainsi que le temps pour vous disparait. Cela est un écueil courant, mais qui contribue beaucoup au mal-être et à la souffrance au travail.

Plus vous êtes occupés, plus vous êtes sous pression, plus vous devez prendre du temps pour vous. C’est la clé pour renouer avec le bien-être et la sérénité. Alors, que majoritairement les personnes font l’inverse.

Savoir prendre du temps pour soi pour éviter le burnout

Quelques pistes pour prendre du temps pour vous :

  • Trouvez un moment dans votre journée pour vivre un temps agréable et confortable pour vous.
    • La durée de ce temps c’est à vous de l’évaluer.
    • La majorité des personnes pensent souvent qu’elles vont avoir besoin de nombreuses heures pour elle.
    • Mais dans les faits parfois un trente minutes par jour suffit ou une heure par semaine.
    • C’est à vous de l’évaluer.
  • Que faire pour vous ?
    • Tout ce qui peut vous faire du bien :
      • Marcher,
      • Courir
      • Danser
      • Lire un livre, lire un magasin
      • Regarder une vidéo
      • Pratiquer un sport
      • Faire des activités manuelles : tricot, mandalas, dessins, etc.
      • Faire de la musique
      • Etc.

Et le mieux c’est d’essayer pour voir ce qui vous convient.

Blâmer la situation

Une des causes également du burn-out, c’est lorsque vous blâmez la situation. Comme si le fait que vous soyez mal dans votre travail est une fatalité. C’est une manière de vous déresponsabiliser et de laisser le pouvoir à l’extérieur de vous.

Blâmer la situation, il arrive à tout le monde de le faire à un moment ou à un autre, en disant :

  • Le monde est ainsi il y a toujours de plus en plus de choses à faire
  • La société ne fait pas de cadeau
  • Le monde du travail est dur aujourd’hui
  • C’est comme ça : plus personne n’écoute plus personne

Ces pensées laissent les personnes dans l’impuissance. Elles ne peuvent pas agir contre le monde, la société. C’est bien souvent ce que je dois dire à ma clientèle lorsqu’ils ou elles sont dans cette situation : vous ne pouvez pas changer la société ou le monde, mais peut-être pouvez-vous trouver un chemin pour évoluer à partir de cette réalité.

De ce fait, je ne peux que vous inviter :

  • À cesser de blâmer la situation
    • Lorsque vous le faites, malgré tout, observez vos griefs et voyez comment il vous est possible de trouver une prise.

Exemple : si je pense que personne ne m’écoute jamais. Peut-être puis-je écrire un mail pour faire passer mon message.

  • Mettez en œuvre des solutions adaptées pour sortir de l’impuissance

Il y a souvent des solutions simples à des problèmes compliqués : pour cela il faut sortir des jugements, sortir de votre cadre de référence pour penser autrement que ce que vous avez fait jusqu’à présent.

Vouloir tout faire parfaitement

Une des causes fréquentes du burn-out c’est également le besoin que possède bon nombre de personnes de devoir tout faire parfaitement, tout faire à la perfection.

La perfection est une illusion après laquelle vous risquez de courir en vain. Le problème c’est qu’il est impossible d’atteindre la perfection. De ce fait, vous passez un temps infini à faire et refaire sans n’être jamais satisfait.

Un des principaux impacts de ce fonctionnement, c’est que l’accomplissement de chaque tâche et mission prend beaucoup de temps. Bien souvent, trop de temps par rapport à l’objectif à atteindre.

Dès lors, vous allez souvent entendre des propos tels que :

  • Tu fais de la surqualité
  • Tu es trop lent (e)
  • Tu n’as pas compris ce que je te demandais
  • Tu en fais toujours trop

Si vous êtes concerné, vous ne devez pas comprendre ce type de remarque, puisqu’en ce qui vous concerne, vous pensez uniquement que vous avez fait votre travail pour le mieux.

Il arrive donc que vous n’ayez pas conscience que vous recherchez la perfection. Vous pensez juste que vous souhaitez bien faire vos tâches.

Oser ne pas être parfait pour éviter le burnout

Ainsi, les pistes pour cheminer sur ce point sont les suivantes :

  • Reconnaître que je suis dans la recherche de la perfection
  • Vérifier la demander et le niveau d’exigence qui est nécessaire à la tâche
  • Se poser un cadre : après 3 relectures ou retouches, cesser d’y revenir et transmettre le document ou projet.

Banaliser un vécu ou une situation

Un autre des motifs du burn-out c’est la tendance que chacun peut avoir à la banalisation. La banalisation c’est ce mécanisme qui consiste à ne pas donner leurs importances réelles aux choses ou aux situations.

C’est ce moment où vous dites des phrases comme :

  • Ce n’est pas si grave
  • Ça ira mieux demain
  • Il ou elle ne l’a pas fait exprès
  • C’est temporaire, cet excès de travail, dans quelques jours ça ira mieux

Mais dans les faits, les tâches s’accumulent, les mois passent voire parfois les années. Et c’est ainsi qu’apparaissent les signes de l’épuisement professionnel : stress, angoisse et tous les autres.

Banaliser une situation, un vécu est toujours une très mauvaise idée c’est une manière de s’aveugler et c’est un manque de respect envers vous-même. Cela conduit lentement à accepter des choses et des situations que vous trouvez en réalité souffrantes et inacceptables et qui le sont le plus souvent dans les faits.

Aussi, je vous propose quelques pistes pour cheminer :

  • Observez-vous lorsque vous faites ces remarques qui banalisent un vécu ou une situation
  • Si vous avez du mal à le faire, demandez à votre entourage de vous le montrer et écoutez-les lorsqu’ils vous le font observer
  • Regarder la réalité des situations pour choisir d’agir avec discernement et si besoin poser des limites
  • Même si parfois le constat est difficile, il n’y a que sur le réel qu’il est possible d’agir. C’est le chemin pour pouvoir passer à l’action.

Prendre toute la responsabilité

Un des autres risques qui fait tomber en burn out, c’est celui de prendre toute la responsabilité face aux situations professionnelles.

Prendre toute la responsabilité c’est lorsqu’il vous arrive de dire que cela est de votre faute :

  • Je suis désolé, c’est à cause de moi, j’ai pris du retard sur tel et tel dossier. Sans tenir compte du fait que vous avez déjà fait plus que votre comptant d’heures de travail.
  • Il arrive aussi parfois que vous preniez tellement toute la responsabilité, par habitude, que votre entourage en profite en portant des paroles dans ce sens :
    • Tu te rends compte que si nous sommes en retard c’est à cause de toi : alors que la personne en question ne vous a pas donné les bonnes informations dans les temps.

Dans toutes les situations, il y a une part de responsabilité que nous pouvons porter. Si je reprends mon exemple de retard pour un travail :

  • Celui de ne pas s’être organisé suffisamment,
  • Celui de ne pas avoir su demander de l’aide,
  • Celui de ne pas avoir signalé qu’il manquait de temps en pensant que « ça allait passer ».

Mais, il y a aussi d’autres personnes responsables :

  • Un manager qui n’a pas géré les délais,
  • Un manager qui n’a pas transmis les informations,
  • Un collègue ou une collègue qui était absent (e), etc.

De plus, il y a aussi un contexte dans lequel tout cela se place.

Il est essentiel de prendre votre responsabilité, mais il est tout aussi essentiel de laisser la leur aux autres et de savoir tenir compte du contexte.

Autrement, la personne verse davantage dans la culpabilité, ce qui n’a rien à voir avec la responsabilité.

Atteindre ses objectifs professionnels

En résumé

Voilà 8 risques de burn out sur lequel, il est possible d’agir un peu tous les jours, afin d’éviter justement de tomber ou retomber en burn-out.

Je rajouterai qu’il est possible de se sortir, de guérir d’un burn-out, mais il est encore plus simple de veiller à ne pas tomber dans cet espace de souffrance en respectant les actions suivantes que je vous ai suggérées.

Si vous avez besoin d’aller plus loin, BIGGR! vous propose des formations pour développer vos soft skills : apprendre à dire non, s’organiser, prendre du temps pour soi, sortir des jugements, de la culpabilité, etc.

Photo de Maire, auteur des articles de Blog et fondatrice de Biggr!

Fondatrice de BIGGR!

Psychologue du travail, conférencière, auteure et passionnée.

BIG NEWS!
Inscrivez vous à la newsletter & profitez gratuitement d’un extrait de la formation BIGGR! : 4 soft skills indispensables pour une vie épanouie.
Chaque mois recevez des exercices exclusifs pour travailler vos soft skills & les actualités de BIGGR!
Inscrivez-vous à notre newsletter !